Болест на Паркинсон: ново неинвазивно лечение?

Болестта на Паркинсон се придружава от симптомите, които предизвикват увреждания (треперене, скованост на мускулите, lenteur des mouvements), qui peuvent être atténués par un médicament, la L-Dopa или levodopa. Mais ce traitement a deux inconveniences : une proportion non negligeable des patients n’y reagit pas du tout – sans que l’on comprenne pourquoi – et pour ceux qui vont mieux, le répit n’est souvent que de courte durée. Ainsi, 50 à 80 % de ces personnes finissent par développer, en cinq à dix ans, des effets secondaires, des mouvements anormaux nommés « dyskinésies ». Въпреки това, l’équipe emmenée par Daniel Popa, de l’École normale supérieure de Paris, vient de prouver l’efficacyt d’un traitement atypique qui évite les dyskinésies : la stimulation du cervelet.

Quel est le lien avec le cervelet ? Симптомите на болестта на Паркинсон са à la mort, lente mais inéluctable, des neurones dopaminergiques du striatum qui se projettent dans autres noyaux cérébraux centraux, особено la substance noire. La levodopa compense la perte de dopamine dans la substance noire, réduisant en grande partie les troubles moteurs, mais donne souvent naissance à des dyskinésies. Chez les hommes, les primates et les rongeurs, ces dernières sont dues à des anomalies de fonctionnée des neurones dans diverse régions du cerveau, участващи в движението: ganglions de la base (où se trouven la substance noire et le striatum), thalamus (un важен carrefour cérébral) et cortex moteur. Or le cervelet se trouve bien loin de là, à l’arrière du cerveau…

Cependant, un type particulier de neurones du cervelet, les cellules de Purkinje, se projettent sur l’ensemble des aires cérébrales implications dans les dyskinésies. C’est cette connexion qui a inspiré l’équipe de Daniela Popa. Les chercheurs ont modifié les cellules de Purkinje dans le cervelet de souris vivantes développant une pathologie similaire à la maladie de Parkinson, afin «d’exciter» ces клетки quand on les stimuli par optogénétique, c’est-àdire en les éclairant avec de la лумиер лазер.

Резултат: les mouses parkinsoniennes et traitées à la levodopa depuis quelque temps, et dont on a excited les cellules de Purkinje deux minutes par jour, voient leurs dyskinésies disparaître presque complètement, voire ne jamais se manifester (contrairement aux rongeurs non stimulés). La stimulation retablirait une activité électrique «normale» non seulement dans le cervelet, mais aussi dans le thalamus, le cortex motor et le striatum, c’est-à-dire dans tout le chain motor défaillant sous levodopa. И така, чрез des méchanismes de plasticité cellulaire, c’est-à-dire que les neurones se remodèlent et formment de nouvelles synapses.

Reste à determiner l’efficacy de ce nouveau traitement des dykinésies sur le long cours et à l’optimiser chez les patients humaans. Il serait notamente envisageable de stimuler leur cervelet sans percer le crâne, par des stimulations transcraniennes magnétiques grâce à une bobine placee contre leur tête, pendant deux minutes chaque jour, trente minutes après l’absorption du médicament lévodopa.


(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v2.8&appId=108934259134643”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’)); .