Монреал-Северен | Полицията изисква l’aide du public pour combattre la violence armée

Pour combattre la violence armée à Montréal, les policiers ont absolument besoin des informations du public. C’est pourquoi ils ont tenu une opération de « visibilité », mardi, dans le quartier Montréal-Nord.

Публикувано в 18:03 ч

Изабел Дюкас

Изабел Дюкас
La Presse

En plus de nombreux agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), des representatifs d’Info-Crime et du Centre d’aide auxrtvesd’actes crimnels (CAVAC) étaiten sur place, dans un parc de la rue Паскал.

«Le plus important, c’est que la population soit derrière nous et nous communique de l’information», посочва l’inspectrice-chef Marie-Claude Dandenault.

СНИМКА АЛЕН РОБЕРЖ, ЛА ПРЕС

Мари-Клод Дандено, инспектор-готвач

Il n’y a pas de petite information, il ne faut pas hésiter à communicar avec la police. On peut penser qu’une information est banale, mais la moindre information qu’on recieve est verificée et analysée.

Мари-Клод Дандено, инспектор-готвач

Маз Dandenault reconnoitre que certaines personnes peuvent être réticentes à parler aux policiers. C’est alors qu’Info-Crime peut être utile.

„Info-Crime е конфиденциална и анонимна, тъй като е успокояваща за гражданите, които не могат да се върнат към полицейските съобщения, които не са ретроувер comme témoins à la cour“, потвърждава Jean Touchette, PDG d’Info-Crime.

СНИМКА АЛЕН РОБЕРЖ, ЛА ПРЕС

Jean Touchette, PDG d’Info-Crime, Marie-Claude Dandenault, инспектор-готвач, François Labonté, комендант, et Karine Mac Donald, coordonnatrice au CAVAC

Au cours des deux dernières années, marquées par une hausse des évènements impliquant des armes à feu, Info-Crime a aussi connu une augmentation importante de ses signalements, indique M. Touchette, surtout par l’entremise de son site web, où les gens peuvent fournir des informations sur un crime en remplissant un simple formulaire, toujours de façon anonyme.

Calmer l’inquietude

Un tel displémentaire policier dans le quartier, touché par de nombreuses fusillades, qui surviennent parfois en plein jour, est aussi une façon de rassurer la population, note le commandant François Labonté, chef du poste de police 42, situé dans le quartier voisin de Saint – Леонард.

СНИМКА АЛЕН РОБЕРЖ, ЛА ПРЕС

Le deployment policier à Montréal-Nord est aussi une façon de razsurer la population.

En effet, des épisodes de coups de feu peuvent provocare de l’inquietude dans le voisinage. Surtout chez les témoins et chez les proches des žrtve. C’est ici que le CAVAC entre en jeu.

„Toutes ces personnes peuvent vivre des posledics“, подчертава Карин Мак Доналд, координатор в CAVAC.

Une personne qui a été témoin d’une fusillade, qui a vu quelqu’un blessé, peut faire des cauchemars, devenir hypervigilante, ne plus sortir de chez elle.

Карин Мак Доналд, координатор в CAVAC

Le CAVAC peut les aider à faire face à l’anxiété. Les intervenants peuvent aussi préparer et companyer ceux qui doivent témoigner devant le tribunal. « Ça peut être très anxiogène, dans un contexto où l’on sait que c’est peut-être des membres de gangs de rue », dit Mаз Мак Доналд.

Dans leur travail aupres des žrtve, les représentants du CAVAC ne se mêlent jamais de l’enquête policière. Ils ne transmetront jamais à la police une information reçue d’une žrtve.

En revanche, ils peuvent aider une žrtve qui s’interroge sur ce qu’elle doit dire à la police.

«Chaque fois qu’il ya des coups de feu, ça touche les citoyens, ça crée de l’insécurité», огорчава Ismael Sougou, conseiller en développement communautaire au poste de quartier 39, à Montréal-Nord. «La quiétude n’est plus là. »

Selon lui, le travail du milieu communautaire est essentiel pour permettre l’accompagnement des personnes en détresse.

window.fbLoaded = false;
window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({appId: ‘166995983353903’, version: ‘v3.2’});
window.fbLoaded = true;
};
(function() {
var e = document.createElement(‘script’); e.async = true;
e.src = document.location.protocol +
‘//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js’;
document.getElementById(‘fb-root’).appendChild(e);
}());