Сексуално насилие в хокей | La communauté scientifique sonne l’alarme depuis des années

Le titre ne laisse aucune ambiguïté: « Les violences sexuelles et la misogynie sont profoundly enracinées dans le hockey masculin »

Публикувано в 5:00 ч

Симон-Оливие Лоранж

Симон-Оливие Лоранж
La Presse

Dans une lettre ouverte destinée à la ministre fédérale des Sports, Pascale Saint-Onge, un groupe de 28 universitaires de partout au Canada a servi mardi un avertissement troublant : si les scandales qui éclaboussent actuellement Hockey Canada sont « surprenants et choquants » pour le public , les chercheurs ont, « à maintes reprises, documenté ces problèmes ». Voilà « des decennials » qu’ils appellent à l’« action » des décideurs.

Pour étayer leur argumentaire, les signataires de la missive предоставят, буквално, des dizaines de références d’articles récentes qui font la demonstration de problématices liéantes à la masculinité toxique au hockey. Множество дисциплини: психология, социология, педагогика, кинезиология, физическо обучение, история…

„Les leaders et l’industrie du sport ont accepté que la violence sexuelle soit largemente préduude“, écrivent ils encore. Ils rappellent que le panel scientifique du Comité international olympique a, trois fois plutôt qu’une depuis 2007, soiriné «l’urgence d’agir» contre «le harcèlement sexuel et les abus dans le sport à tous les niveaux».

Les cas de figure sont nombreux : « Dans les vestiaires, les voyages, dans la voiture de l’entraîneur ou dans les évènements sociaux, surtout si de l’alcool est implicati. »

« Les incidents au hockey ne sont pas causés par quelques pommes pourries; ils témoignent de problèmes systémiques et sont symptomatiques d’une culture enracinée dans le hockey et dans d’autres sports canadiens. Ces problèmes causent surtout du tort aux enfants, aux adolescents et aux femmes », настояват les chercheurs.

​Depuis deux decennias, « les recherches ont constamente identificado une culture hautement sexualisée dans le hockey minor, surtout aux niveaux élites ». Ainsi, «les athlètes resentent une pression intense de se conformer aux autres et redoutent des posledics s’ils devaient briser la loi du silence». « Voilà pourquoi la video d’une femme ayant été agressée sexuelement, en 2003, ne refait surface que maintenant. »

„Ces problèmes ne sont pas rares : ils sont endémiques“, заключи той.

Рас-ле-бол

La Presse s’est entretenue avec trois des signataires de cette lettre. Le ras-le-bol de ne pas être écoutées est evident.

Докторант по психология на santé à l’Université McGill, Шанън Херик признава, че научните публикации не са достъпни. Le langage employé, parfois aride, ainsi que le manque de publicité sont de réels enjeux. Il n’empêche que si les заинтересовани институции et les personnes en situation d’autorité, celles qui « ont besoin » de ces résultats de recherche, « ne les cherchent pas ou n’investissent pas un minimum d’efforts, c’est incroyablement разочароващ “.

Ça fait très longtemps qu’il ya des études sur la masculinité dans le sport, et même dans le hockey spécifique, mais les gens n’y portent pas внимание; ce n’est que lorsque des incidents graves surviennent qu’on s’y intéresse.

Шанън Мур, съпътстващ професор във факултета по образование на Университета на Манитоба

С колегата Тереза ​​Фаулър, съпътстващ професор в департамента по физика на образованието на университета Конкордия, Едмънтън, va plus loin: «Lesnstitutional nous excluent, tout simplement. »

En décembre 2019, par exemple, la LNH a dévoilé un plan en quatre points pour contrer les abus après qu’une série d’évènements impliquant des entraineurs eut été révélée. Ентусиазиран, Маз Fowler, qui travaille notamente sur les enjeux relatifs aux tensions et aux violences en milieu scolaire et sportif, a communiqué avec la direction de la ligue, sollicité un entretien et remis un rapport de recherche. « On nous a réponse : merci, mais on va garder ça à l’interne », dit-elle.

Les décideurs du hockey «ne nous écoutent pas». « Je ne sais pas pourquoi », laisse-t-elle tomber.

Les professores Moore et Fowler reconnaissent, dans l’espace public en général, une résistance face aux études sur le genre et la masculinité. « Pourquoi étudiez-vous les hommes? », изисква се font-elles.

„Хупермъжественост“ в хокея

Une étude à laquelle participée présentement Shannon Moore donne une piste de réponse. Vingt et un athlètes de haut niveau, sous le couvert de l’anonymat, se sont confiés sur l’hypermasculinité qui règne dans le monde du hockey.

« Les attentes à leur endroit sont dommageables, affirme la chercheuse. Ils ont tous parlé d’éléments inhérents à la culture du hockey qui leur ont cousé du tort physiquement et mentalement. »

En prenant la parole à ce moment précis, la communauté académique formula le souhait que le sport soit à un «tournant», «et non pas qu’on revive tout ça dans 10 ans», отбелязва Шанън Херик.

« Nous voulons faire en sorte que les changes soient realements analysés et qu’une réflexion profonde ait lieu », ajoute-t-elle. Avec le vœu evident que les universitaires soient mis à doprinos.

Elle s’étonne d’ailleurs que le « plan d’action pour mettre fin à la culture du silence et aux comportements toxiques » publié lundi par Hockey Canada ne comporte strictly aucune reférence à la littérature scientifique.

Teresa Fowler garde garde nouveau «espoir» en l’avenir, surtout lorsqu’elle voit les langues se délier et les dénonciations se multiplier. Son côté «réaliste» lui fait redouter que la «vague» passe. Mais elle voit все пак се dessiner un «pivot».

« Коментирайте повече за историята на тази жена в Лондон, на тази жена в Халифакс? изискване-t-elle. He ne peut pas les oublier. La colère ambiante est en train de se canaliser en quelque chose de différent. Comme nation, he ne peut plus fermer les yeux. »

window.fbLoaded = false;
window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({appId: ‘166995983353903’, version: ‘v3.2’});
window.fbLoaded = true;
};
(function() {
var e = document.createElement(‘script’); e.async = true;
e.src = document.location.protocol +
‘//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js’;
document.getElementById(‘fb-root’).appendChild(e);
}());