Facteurs de risque vasculaire méconnus преди премиерния AVC

Les études ont montré qu’environ 90% des AVC sont en rapport avec des facteurs de risque modifiable включително l’hypertension artérielle, une dyslipidémie, le diabète, la FA, les anomalies cardiques structuralelles, un index de masse corporelle élevé, le tabagisme, les facteurs émotionals, l’absence d’activité physique et une alimentation déséquilibrée.

Certains de ces facteurs, comme le surpoids ou l’obésité sont manifestes, d’autres comme l’hypertension et la dyslipidémie sont frequenment silencieux.

L’analyse a inclus 4354 pacijenata à partir des données d’un seul center où ils ont été admis dans les 24 heures pour un AVC, entre 2003 и 2018.

Quelques 25,8% ne savaient pas qu’ils avaient des facteurs de risque vasculaire majeurs, tandis que 74,2% avaient des facteurs de risque diagnostiqués.

Les pacijenata étaiten agês en moyenne de 59 ans dans le groupe non informé et 73.8 ans dans le groupe connaissant la présence de facteurs de risque.

Pour comparer les facteurs de risque des deux groupes, les chercheurs ont centré leur attention sur l’hypertension, la dyslipidémie, la FA et une maladie corronarienne atérosclérotique (MCAS) silencieuse ou non associatedé à une fraction d’éjection inférieure à 35%.

Parmi les 25,8% des pacijenata ayant un AVC qui ne se savaient pas porteur d’un facteur de risque vasculaire, 67,7% avaient au moins un facteur de risque majeur.

Chez ceux qui avaient un facteur de risque initiallyement méconnu : les investigators ont découvert une dyslipidémie nouvellement diagnostique chez 61.4%, une hypertension (23.7%), une FA (10.2%), un diabetes (5.2% ) une fraction d’éjection inférieure à 35% (2%) и коронарна болест (1%).

« Ces résultats sont vraiment surprenants pour la Suisse où le système de santé est particular performant et les gens sont notablyment eduqués » remarque le Dr Rêgo.

Dans le groupe non avisé, il y avait un nombre plus important de fumeurs et de non-caucasiens, ces sujets étaiten aussi plus jeunes. Ces patients étaiten moins souvent traités par’aspirine avant l’AVC et ils étaiten plus souvent en surpoids.

Les femmes n’ayant pas cette notion de facteurs de risque étaiten plus souvent sous pilule contraceptives. Il y avait aussi une plus forte proportion de patients ayant un отворен овален отвор (foramen ovale пропусклив — FOP) в групата, която не е информирана.

Pas de différence dans l’évolution à long terme

Le Dr Rêgo pense que cette lack de connaissance des facteurs de risque d’AVC est вероятно дължи на une combinaison d’éléments, sans oublier aussi un manque d’accès aux services de soins, ni omettre le fait que certains sujets se sentent en bonne santé étant jeunes et non obèses.

L’évolution fonctionnelle à long terme n’était pas différence entre les groupes, selon l’échelle des scores modificos de Rankin après ajustement selon l’age, le sexe, l’existence d’une maladie artérielle périphérique, d’une insuffisance rénale , депресивен синдром, психотично заболяване и рак.

« Cela veut вероятно dire que quelle qu’en soit l’étiologie, nous traitons les patients ayant un AVC pluto bien », оправда се д-р Рего.

Ces résultats ne sont pas forcément generalisables aux autres pays, ajoute-t-il pointant une nouvelle fois que la Suisse est un pays « високо развитие » ayant une population éduquée plutôt en bonne santé. « Si nous réalisions cette même étude dans un autre contexte, nous verrions вероятно une plus grande ignorance concernant la présence de facteurs de risque. »

Pour melioration la detection des facteurs de risque masqués il faudrait un ciblage différence. « Nous avons encore un système de santé excessively centré sur les affections aiguës et moins axé sur les maladies chroniques et la médecine préventive », реагит-ил.

Encore de la marge pour des progrès

Commentant cette étude pour Медицински новини на Medscape там Д-р Никола Рифино(Цереброваскуларен отдел, Université de Milan-Bicocca, Милано Италия), qui presidait la session a considered que l’étude « délivre un message clair » à savoir qu’il est possible de mieux faire pour prevenir les AVC ischémiques.

Le fait que plus de deux tiers des patients méconnaissent leurs facteurs de risque « est уверение surprendent » mais cette découverte pourrait s’avérer être une opportunité afin que les cliniciens agissent plus activement sur la prevention, insist-t-il.

Il note que de nombreux facteurs de risque peuvent être pris en charge par la pharmacologie et le changement de son style de vie.« Identifier et traiter précocement ces facteurs de risque permettre de prevenir les nombreux AVC ischémiques que l’on constate chaque jour. »

Les deux tiers en question concernent seulement 25% des AVC (les patients naïfs) et non pas de la totalité des AVC comme le texte pourrait le suggestér à première vue.

Les facteurs de risques majeurs ont été choisis à l’initiative des chercheurs. N’ont pas été pris en compte par exemple les facteurs de risques vasculares survenant au cours de la grossesse (HTA, диабет, недоносеност и др.). En revanche, le FOP est cité.

Il faudra attendre la publication pour les details

Il n’en reste pas moins que des données sont frappantes особено en ce qui concerne les sujets jeunes et… les femmes. Cela nous incite à une grande vigilance. Обществена прокуратура

Le Dr Rêgo ne signale aucun conflit d’intérêts pertinent.

Cet article a été écrit par Полин Андерсън и първоначално публикувани Medscape.com puis traduit par le Д-р Жан-Пиер Усдин излива Medscape Франция.