L’origine du sang chaud des mammifères cachée au fond de l’oreille

Un mammaliamorphe, ancêtre mammifère, à sang chaud expirant de l'air chaud dans une nuit glaciale.

Stefan Glasauer pensait ne pas ignorer grand-chose des secrets de l’oreille interne. Professeur à l’Institut technologique et à l’école de médecine de l’université du Brandebourg, en Allemagne, il decortique le role auditif mais surtout positionnel de ce curieux labyrinthe. Percevoir les mouvements angulaires de la tête, register les accélérations du corps, adapter la vision, conserver l’équilibre… « Cela fait des années que je travaille sur ce stystème vestibulaire. Découvrir aujourd’hui que la dimension des capturers pouvait nous renseigner sur la température d’espèces éteintes, j’avoue que ça m’impressionne »confie-t-il.

Une équipe internationale regroupant des scientifiques de sept pays européens et américains a publié mercredi 20 juillet, dans la revue Природата. « Jusque-là, les animaux étaiten tous ectothermes. Leur température dependait de celle de l’extérieur, посочва Рикардо Араухо, шеф на университета в Лисабон и главен автор на етюда. C’est l’acquisition de l’endothermie qui a permis aux mammifères et aux oiseaux d’explorer des climats différents, de sortir sous toutes les saisons, de jour comme de nuit, de se displacer plus vite et plus longtemps. Toutes les innovations attributés à notre humanité dépendent aussi de ce moment-là. »

„Une brillante idée“

Pour traquer cette bascule, les scientifiques ont, depuis plusieurs decennials, multiplié les approches. Анализатор на позата, диафрагмата, носа, зъбите, химическите изотопи в осите… « Les résultats étaiten souvent contradictoires et peu convincingants, estime Romain David, постдокторант в Muséum d’histoire naturelle de Londres et co-premier auteur de la recherche. Mais l’hypothèse principale voulait que cette conversion ait eu lieu il ya environ 255 millions d’années de façon graduelle. »

C’est pour tenter d’en verifier la pertinence qu’en 2017 Araujo et David ont décidé de se pencher sur l’oreille interne. « Notre raisonnement était assez simple, confie le Français de Londres. Les canaus semi-circulaires de l’oreille interne sont des capteurs parcourus par un fluide, la lymphe. Lorsque la temperature augmente, c’est comme avec le miel, la viscosité du fluide diminue, donc les cils qui registrent l’information la captent moins bien. Или на sait depuis plus de cinquante ans que les canaux des mammifères sont proporcionellement plus petits que ceux des lézards ou des poissons. Nous avons fait l’hypothese que, pour compenser la perte d’efficacyat, ils avaient évolué en diminuant la taille des tubes. » « Lier ainsi viscosité de l’endolymphe, temperature corporelle et morphologie des canauls est vraiment une brillante, коментар Гийом Билет, maître de conférence en paléontologie au Muséum national d’histoire naturelle de Paris. Et ils l’ont demune en intégrant plusieurs champs scientifiques : mécanique des fluides, physiologie, morphologie et biologie évolutive. Le tout appetit sur un jeu de données particulier consequent. C’est très impresseur. »

Il vous restte 50,42% de cet article à lire. La suite est réservé aux abonnés.