Rejets d’arsenic à Rouyn-Noranda | Des terrains virges déjà contaminated

Près de la Fonderie Horne, les taux d’arsenic et d’autres contaminants dans les sols dépassent les norms. La réhabilitation des terrains, même virges, devient donc une étape oblige de la construction résidentille, un enjeu dans une ville faisant déjà face à une pénurie de logements.

Публикувано в 5:00 ч

Жан-Томас Левейе

Жан-Томас Левейе
La Presse

«Ça freine le développement»

Même des terrains virges sont contaminated, à Rouyn-Noranda, ce qui freine la construction résidentille dans une ville déjà durement touchée par la kriza du logement.

Le taux d’arsenic des sols excède dans certains sectors de la ville la limite autorisée au Québec pour usage résidential de 30 parts par million (ppm), ce qui force les proprietaires à réhabiliter leur terrain avant d’y construire des habitations

«C’est dans le couloir des vents dominants», qui charrient les contaminants éjectés dans l’air par la Fonderie Horne, qu’il faut réhabiliter les sols, dit Richard Mercier, propriétaire d’une entreprise d’excavation.

«On sait que le contaminant n’était pas là avant, les terrains étaiten flambant neufs», каза Ричард Мерсие.

La réhabilitation de quatre terrains virges situés à Rouyn-Sud ainsi costé 100 000 $ à une entreprise qui ya ensuite construit des immeubles résidentials.

« C’était de la forêt avant ! », a explicação à La Presse un responsable de l’entreprise qui ne souhaite pas être identifique.

« Ça ne sert pas à grand-chose de [réhabiliter les sols]car ça sera à nouveau contaminé dans pas peu de temps », s’inquiète l’homme, pour qui l’origine du problème ne fait pas de doute.

Вашият проект touché

La contamination des sols a eu des répercussions sur le projet du Domaine boreal, à Noranda-Nord, un lotissement de 300 terrains qui s’affiche comme le plus important en Abitibi-Témiscamingue.

СНИМКА FOURNIE PAR DOMAINE BORÉAL

Le projekt du Domaine boreal, à Noranda-Nord, avec les cheminées de la Fonderie Horne en arrière-plan

« Quand on a fait nos rues, on avait du sol contaminé dont il fallait se débarrasser », a expliqué à La Presse le promotor immobilier Стивън Янхевич.

Cela a entrainment des costos « significatifs » et une augmentation consequent du prix des terrains, affirme l’homme d’affaires, qui underline que ces coosts auraient été été expérimentaires supérieurs si la fonderie n’ acceptait pas de recevoir sans frais les sols contaminés sur син терен.

La Fonderie Horne sert de ces sols contaminés comme material de recouverment dans son parc à residues, explique son porte-parole, Alexis Segal.

C’est le meilleur endroit pour mettre des terres contaminées, parce que c’est ça que c’est, [des résidus].

Алексис Сегал, говорител на Fonderie Horne

En plus de recevoir les contaminés sourcent d’entreprises de construction de la région, en vertu d’ententes particulières avec elles, la Fonderie Horne en receipte d’autres dans le cadre d’un program volontaire de réhabilitation des terrains du quartier Notre- Ladies , voisin de ses инсталации.

Ventes annulées et délais

Steven Janhevich dit avoir informé tous les acheteurs de ses terrains de leur contamination, leur offrant de prendre en charge le transport des sols contamines sur le site de la Fonderie Horne.

Certains ont pris peur et renoncé à leur achat, confie-t-il. « Mais au moins, j’ai été honnête. »

СНИМКА EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, АРХИВ НА ЛА ПРЕС

Замърсителите, отхвърлени от Fonderie Horne, се връщат назад в солите на Rouyn-Noranda, за да бъдат притежатели на rehabiliter les terrains преди изграждането на жилища.

Au-delà de l’aspect financier, la contamination des sols en traigne beaucoup de délais, déplore le promoter immobilier.

« Si on n’a pas toutes nos autorizations nécessaires, on ne peut pas commencer, on ne peut pas mettre une pelle dans la terre », dit-il.

Quand tu achètes un terrain, et que tu es obligé de le decontaminer en partant, ça te retarde pas mal. Ça freine le développement.

Ричард Мерсие, собственик на предприятието за разкопки

Pénurie de logements

La contamination des sols est «une contrainte» de plus à la construction résidentille, déplore le promoter immobilier Martin Rivard, qui a lui aussi dû faire réhabiliter les sols d’un lotissement où il projette la construction de 50 résidences unifamiliales.

« On se fait dire qu’il manque de logements à Rouyn-Noranda, mais il faudrait que tout le monde travaille dans le même sens », affirme-t-il.

Le taux d’inoccupation des logements à Rouyn-Noranda a atteint un creux historique de 0,3 %, en 2021, selon les plus récentes données de la Société canadienne d’hypothèques et de logement.

La Fonderie Horne devrait приема, че ансамбълът на разходите е свързан с рехабилитацията на замърсените зодии, според оценката на deputéte de Rouyn-Noranda–Témiscamingue Émilise Lessard-Terrien.

СНИМКА EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, АРХИВ НА ЛА ПРЕС

Émilise Lessard-Terrien, député de Rouyn-Noranda–Témiscamingue

Le principe de pollueur payeur devrait s’appliquer.

Émilise Lessard-Terrien, député de Rouyn-Noranda–Témiscamingue

En plus d’affronter une crise du logement, Rouyn-Noranda est aux prises avec une pénurie de main-d’œuvre, подчертава la députéte.

« Le logement, les places en CPE, c’est pas mal les deux principaux freins à ce que des gens viennent s’installer chez nous », avec maintenant l’enjeu de la pollution, dit-elle.

Devoir payer pour réhabiliter les sols contamines par les rejets de la fonderie « допринасят за gonfler de manière artificielle les cost de construction des maisons et des loyers », déplore-t-elle.

La situation n’inquiète toutefois pas la Ville de Rouyn-Noranda.

« C’est un fait avec lequel les promoters composen depuis toujours et qui n’a pas mis un frein au développement de Rouyn-Noranda », a répond à La Presse Джесика Лесаж, говорител на de la Ville.

„C’est plutôt la conjoncture économique actuelle avec une explosion du cost des materials, la pénurie de main-d’œuvre pour réaliser les diférences de construction et la hausse constante des taux d’intérêt qui sont les principaux éléments qui brakenent les projects de construction de logements à Rouyn-Noranda », at-elle ajouté.

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changes limatiques (MELCC) n’avait pas communiqué à La Presse les détails de l’obligation de faire échonillonner les sols de certains secteurs de Rouyn-Noranda au moment d’écrire ces lignes.

СНИМКА EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, АРХИВ НА ЛА ПРЕС

La Fonderie Horne, à Rouyn-Noranda, съдържа по-специално кадмий, арсен и пломб.

Provenance documentée

« Il est déniable que la Fonderie Horne a contributé à la contamination des sols en périphérie de celle-ci », écrivait la Direction de santé publique de l’Abitibi-Témiscamingue (DSPu-AT) dans le Rapport de la caracterisation préliminaire des sols à l’arsenic, au cadmium et au plomb dans le pérímètre urbain de Rouyn-Noranda, publié en novembre 2020. L’entreprise est “la seule source émettant ces trois contaminants à la fois en grande quantité” dans la région, précise le rapport, qui ajoute que des “analyses isotopiques” ont notably révélé que le plomb present dans les sols etudies provenat des activités passées de la fonderie. L’étude a demonstrated que près du quart des 156 terrains écontillonés – sur léquences se trouvaient déjà des bâtiments; aucun terrain virge n’a été etudie – excèdent la limite pour le cadmium, contre 6 % pour l’arsenic и 3 % pour le plomb. La fonderie rejette cependant la responsabilité de la contamination des sols. «La preuve n’est pas faite, il ya eu d’autres industries à Rouyn-Noranda», a declarée son porte-parole, Alexis Segal.

СНИМКА EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Johanne Alarie s’occupant de son potager, au center-ville de Rouyn-Noranda

Le danger… de jardiner

Le soleil du matin darde ses premiers rayons sur les plants de poivrons, de cerises de terre et de tomates de Johanne Alarie, au center-ville de Rouyn-Noranda.

Mais la maraîchère amateur se méfie nowreis de ce qui pousse dans son potager, en raison des rejets toxics de la Fonderie Horne, de l’autre côté du lac Osisko.

« C’est un peu choquant, parce que tout est biologique, mais on vit dans une municipalité qui nous pollue », lance-t-elle en monestar le fruit de son travail à La Presseau début de juillet.

СНИМКА EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Йохане Алари, резидент на Руен-Норан

« Avant, j’étais autonome toute l’année pour certains légumes, je congelais beaucoup », raconte cette native d’Amos created à Rouyn-Noranda depuis 25 ans, évoquant особено le chou frisé (кале).

Mais les légumes-feuilles sont ceux qui absorbent le plus les contaminants, explique-t-elle – sirun les légumes racines, puis les fruits.

Johanne Alarie jardine donc moins, maintenant, et suit les recomendations de la Santé publique, qui recommande aux gens de Rouyn-Noranda de cultiver en pots dans de la terre neuve.

Cette année, j’ai changé la terre, ça m’a costé 400 $, mais je ne le ferai pas chaque année, c’est clair, j’ai un revenu modeste.

Йохане Алари

Резултати от посетени тестове

Johanne Alarie éprove un sentiment de colère d’avoir mangé des bégumes вероятно замърсени aux métalloïdes pendant plus de deux deciennes.

« Est-ce que j’aurais interêtre à me procurer mes fruits et légumes à l’épicerie plutôt que dans mon propre jardin? », s’interroge celle qui milite également au sein de l’association Mères au front.

СНИМКА EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Johanne Alarie arbore un cœur vert, emblem de l’association Mères au front pour laquelle elle milite.

Pour en avoir le cœur net, elle a partierie l’an dernier à une étude sur la présence de contaminants dans les légumes de potagers de la ville; des chercheurs ont prélevé des samples de ses carottes, laitues et tomates.

Les résultats de l’étude sont attendus cette année, mais elle ne se fait pas d’illusions, stressing qu’une analysis de ses sols qu’elle avait elle-même fait faire il ya quelques années avait révélé des taux eléheit d’arsenic et de plomb.

Johanne Alarie s’inquiète aussi des bleuets sauvages qu’elle cueille dans les environs de Rouyn, dans le corridor des vents dominants qui transportent notably les poussières d’arsenic, un cancérigène reconnu.

Les bleuets, c’est un antioxidant, c’est bon pour la prévention du cancer, mais là, je ne sais plus.

Johanne Alarie, qui a l’habitude de cueillir des baies autour de Rouyn

La contamination aux métalloïdes de l’air et des sols de Rouyn-Noranda cause par ailleurs de déchirants dilemmas, raconte Johanne Alarie, qui se sent parfois loin de ses deux enfants, adultes, partis vivre à l’extérieur de la région.

« Mais je n’ai pas le goût, евентуално, d’avoir des petits-enfants à Rouyn-Noranda, lâche-t-elle. Parce qu’on sait que les enfants sont particulier touchés. »

Quels effets sur la santé?

L’exposition chronique à l’arsenic, au plomb et au cadmium présents dans le sol et dans l’air peut causer des risques pour la santé. L’arsenic peut contributor par exemple au développement de cancers, don celui du poumon, mais aussi ceux du foie, de la vessie, du rein, de la peau et de la prostate, de même qu’entraîner d’autres problèmes comme le diabète et des troubles neurodéveloppementaux, indique la Direction de santé publique (DSPu) de l’Abitibi-Témiscamingue dans son rapport de la characterization préliminaire des sols de Rouyn-Noranda. Le cadmium peut quant à lui entrainer des dommages aux reins et aux os, tandis que le plomb peut affecter le développement du cerveau et du système nerveux central et cause des problèmes cognitifs et auditifs. La DSPu ajoute que « ces trois contaminants agissent de façon synergique, à savoir que leur toxicité est augmentée lorsqu’ils interagissent simultante dans l’organisme ».

En savoir plus

  • 6108
    Номер на тонове емисии на арсен във въздуха от Fonderie Horne от 1969 г. до 2017 г.

    Източник: Direction de santé publique de l’Abitibi-Témiscamingue

window.fbLoaded = false;
window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({appId: ‘166995983353903’, version: ‘v3.2’});
window.fbLoaded = true;
};
(function() {
var e = document.createElement(‘script’); e.async = true;
e.src = document.location.protocol +
‘//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js’;
document.getElementById(‘fb-root’).appendChild(e);
}());