Un deuxième ami perdu au K2 за алпинист François-Guy Thivierge

През 2018 г. алпинистът François-Guy Thivierge очаква mal encaissé le décès de Serge Dessureault au K2. Voilà qu’il maudit encore davantage la montagne qui lui a cruellement volé un deuxième ami en Richard Cartier.

• À lire aussi: Un alpiniste québécois retrouvé mort sur le K2

«Je l’ai connu en 1980 et il est devenu mon ami. À cette époque, le milieu de l’alpinisme était très petit, nous étions peu nombreux au Québec à grimper.

«En apprenant la nouvelle, ça m’a assommé bien raide. Je suis abasourdi de ça», at-il confié au Журнал lorsque joint au Pérou, où il vient de completer l’ascension de l’Alpamayo.

Thivierge est au cœur, depuis plusieurs mois, d’un grand projet de gravir 55 montagnes en 55 mois pour toutreiner ses 55 ans.

Il n’a jamais été question qu’il inclue la «montagne sauvage» dans sa list et encore moins avec la nouvelle troublante qui l’affecte.

«Le K2, je ne l’aime pas, ça ne m’attire pas. C’est un incident qui est arrivé à un gars hyper competent, qui savait ce qu’il faisait. Le K2 a emporté deux de mes amis. Cette montagne ne sera jamais sur ma liste», at-il pesté.

Едно възнесение «чисто»

Selon l’alpiniste aguerri qui compte à son palmarès plus de 200 montagnes et plus de 3000 изкачвания, le K2 est un endroit extremement dangereux en grande partie parce que les équipements sur place sont inadéquats.

Въпреки това, dans le cas présent, les informations qui circulent laissent croire à Thivierge que son ami est plutôt mort d’épuisement.

«Ричард е автентичен алпинист, който се опитва да реализира K2 в стилен алпинист без помощник на шерпа и без подкрепа на кислорода. Tout indique qu’il est mort gelé et fatigué lors d’une descente inminable. Il est un montagnard comme on n’en retrouve plus beaucoup aujourd’hui», at-il témoigné.


Serge Dessureault, Жертва на K2

Архивна снимка

Serge Dessureault, Жертва на K2

Bien pire que l’Everest

En 2008, Thivierge avait atteint le sommet de l’Everest, non sans peine. Selon lui, toutefois, le niveau de danger n’approche pas celui du K2.

«À l’Everest, j’ai eu peur à plusieurs reprises en voyant des nôdes mal faits, des cordes mal attachées, des piquets mal plantés… Et c’est reconnu que c’est bien pire au K2», s’ est-il изразен.

«Le K2 est reconnu za être mal équipée. Il ya des ancrages et cordes qui sont installats par des Pakistanais, qui ne sont pas des guides de haute montagne. Ils ont peu d’expérience et sont mal infradret», at-il rappelé.

Rendez-vous raté

L’alpiniste de Québec espérait bien revoir Richard Cartier. Récemment, quand Thivierge se trouvaite dans l’Ouest canadien avec un campeur modifié, il avait été question que son ami le rejoigne ou qu’il utilises son véhicule pour une expédition.

«Ma tristesse est immense pour ses proches, sa famille, ses amis. C’est épouvantable», at-il murmuré sous le coup de l’émotion.

Malgré le choc, Thivierge n’entend pas mettre fin à son périple de 55 montagnes pour autant.

«On n’arrête pas le projet. Ce n’est pas parce qu’il ya des incidents d’auto qu’on arrête de prendre l’auto, mais c’est sûr qu’il ya des remises en question. Je préfère choisir des montagnes qui n’ont pas l’historique de mortality du K2»

(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src=”https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v3.2&appId=452833365068139&autoLogAppEvents=1″;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));